Après le Paris-dakar, le festival au desert s’exile…

EssakaneLutter pour le développement des régions du nord au Mali ?

C’est le slogan de certains. On peut non seulement émettre des doutes mais aussi  repousser cette affirmation d’un revers de la main car il serait facilement possible de démontrer le contraire. La rébellion  n’a fait que mettre l’économie balbutiante des régions (qui seraient leur berceau historique) à l’eau.  L’exemple, non la preuve c’est le secteur du tourisme (quel touriste irait dans ces région se faire enlever et vivre le martyr pendant des  mois  et enrichir ces bandits de grands chemin si nous oublions les conséquences sur  sa santé physique et mentale de la détention ?) et de l’artisanat local dans lequel excelle  justement les touaregs ?

Au titre des victimes dès la rébellion, je pourrais également citer le rallye Paris –Dakar qui a été obligé de quitter le contient africaine  pour survivre et quittant les sables fins de l’Aïr et du Sahara pour se retrouver  en Amérique Latine.

Le Dakar était une fête …

La petite histoire parle d’une mésaventure de Thierry Sabine qui se perd à moto lors du rallye Abidjan-Nice dans le désert de Libye en 1977 qui conçoit et réalise un course qui prend son départ de l’Europe qui traverse le désert qui l’a éblouit par sa beauté. Son crédo était « Un défi pour ceux qui partent. Du rêve pour ceux qui restent. ». La première course  prend son départ au Trocadéro le 26 Décembre 1978. Une course médiatisé et célèbre qui a le renom d’être des plus difficile mais si attirante, passant par des villes mythiques et historiques,  et un environnement envoutant qui fait oublier la modernité de l’occident « Le désert, la nuit, c’est toujours impressionnant. Tu n’entends rien, le vide absolu » dit Stéphane Peter Hansel (détenteur de  de neuf victoires au Dakar. Après six victoires à moto, il domine avec la même maîtrise l’épreuve sur quatre roues). Le tracé original explore plusieurs pays l’Algérie, la Libye, Mali, Niger, Burkina Faso, Espagne, Mauritanie, Maroc, Egypte, Sénégal, Tchad, Cote d’Ivoire, Guinée, Cameroun, Gabon, Namibie, Sierra Léone, Tunisie en 30 éditions sur le contient.  C’est en 2009 que le Dakar quitte le vieux continent après l’annulation de l’édition de 2008.

 Mais tellement de victimes…

Le succès du Rallye fut grand mais le nombre des victimes est impressionnant parmi les victimes , des enfants fauchés dans leur villages, des spectateurs mais aussi des participants , en 1986, le créateur de la course Thierry sabine y décède  en compagne du chanteur  français Daniel Balavoine, dans un accident d’hélicoptère.

Certains ont décrié l’impact négatif du Dakar sur l’environnement, les victimes de certains pays se sont même réunies en association, mais  « ce mal n’est -il pas nécessaire ? »

Après le Dakar, c’est le tour du festival au désert  d’ESSAKANE de s’ exiler

Si depuis 2009 le Dakar s’est réfugié sur un autre continent c’est le du festival d’Essakane de prendre la poudre d’escampette. Ce festival je peux le définir comme un produit purement touareg si je voulais rentrer dans leur (celui des mauvaises langues et des « ethnocentristes ») jeux . De la ville (Esssakane, pas très grande ni très habitée , mais il y a les dunes de sable à perte de vue, cela suffit à la magie!) dans laquelle elle est organisée aux organisateurs, sans y ajouter les festivaliers qui viennent de part le monde. Pour Moi, Essakane est un évènement culturel qui réunit des artistes dans le cadre féerique des dunes de sables aux environs de Tombouctou, juste !

La dernière édition s’est tenu à Tombouctou, elle a été fortement médiatisé et même politisée avec la présence du Premier ministre de l’époque  Mme Sidibé Mariam Kaïdama  accompagné d’autres ministres et surveillés comme du lait sur le feux par des hommes de sécurité musclés au regards masqués par des verres fumés.

Je me souviens y être partie sans grand entrain et j’étais loin de m’imaginer que les menaces de cette rébellion pourraient un jour me bouter hors de ma ville natale (je ne suis pas la poliomyélite que je sache quand même !). Des souvenirs je sais y avoir vu Bono (avec mes propres yeux, je ne l’ai pas reconnu car ne le connaissant pas) mais sincèrement je ne sais pas qui sais musicalement (mais il parait que c’est un grand chez les blancs).

Essakane 2013 est déjà en route, on peut, s’y inscrire sur le site officiel http://www.festival-au-desert.org. Il a été transformé en des caravanes entre l’Algérie, la Mauritanie le Burkina Faso et le Niger en passant par le Mali car il  va épouser le festival sur le Niger selon le chronogramme. Comme les populations, les Directions régionales, les fonctionnaires, les élèves, le festival au désert aussi erre… et préfère s’ « exiler »

Festival au desert

 Il y a-t-il du politique (je ne veux pas dire du rebelle) là aussi ?

En tout cas « attendre n’est pas un poids…!

 

Une réflexion sur “Après le Paris-dakar, le festival au desert s’exile…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s