28 juillet 2013, jour de vote à Gao

« Don ka djan’ a sebali tè » quelque que soit la longueur de la nuit, le soleil fini toujours par se lever, disent les proverbes du bambara au français. Les élections présidentielles si clamés et vus comme imposées au Mali malgré les protestations du président par interim Dioncounda Traoré ont lieu aujourd’hui 28 juillet 2013 partoutLire la suite « 28 juillet 2013, jour de vote à Gao »

Prenez de l’argent et votez pour moi…

C’est le slogan de La campagne électorale  de cette période « exceptionnelle » (comme se targe de le répéter tout le monde entier vis-à-vis du Mali).Pourquoi ? Je constate le  même défilé des directeurs de campagne vers  les associations féminines des quartiers pour leur offrir polo, argent, pagne, sucre, céréales… Au lieu de présenter un programme en bonLire la suite « Prenez de l’argent et votez pour moi… »

Les amis, je suis à Gao

  J’ai quitté Bamako dans les mêmes conditions que tous les déplacés du nord du Mali : Difficiles. C’est en croire que les compagnies de transport se moquent de nous. Au pire, ils nous prennent pour du bétail.   J’étais en partance pour Gao. Le billet m’a coûté les yeux et le nez de la tête. En plus jeLire la suite « Les amis, je suis à Gao »

Ca bouge encore à Bamako

Aujourd’hui 15 juillet 2013, je me suis réveillée bien tôt ; c’est à en croire que je n’étais pas sur pieds dès 4h45h du matin pour le repas prémices du jeun musulman. En plus, j’ai dû regarder la télé une bonne trentaine de minutes pour pouvoir faire la première prière réglementaire avant de me coucher. Bon,Lire la suite « Ca bouge encore à Bamako »

Petit accident entre femmes

Bamako est une ville très particulière quand on se réfère à la circulation routière. Le nombre des motos étonnera celui qui vient d’autres cieux (à part Ouagadougou qui est pareille). L’étonnement ne serait pas dû aux couleurs variantes (et parfois criardes) des motos, à la vitesse frénétique des conducteurs (mais possible), ni à leur coiffureLire la suite « Petit accident entre femmes »

Fin des cours à Bamako,Tombouctou j’arrive…

    C’est le même rituel depuis que l’enseignement normal existe. Le CFTQ est la place to be, pour tout enseignant  de l’enseignement normal, par amour du devoir bien fait, peut-être mais c’est surtout  pour les indemnités auxquelles ces corrections donnent droit. En effet nous ne sommes plus aux années de Moussa Traoré, Où laLire la suite « Fin des cours à Bamako,Tombouctou j’arrive… »

Boubacar Sangaré, l’etudiant malien

Certains seront tentés de se poser une question sur la motivation de tels portraits de ma part. Qui sont ces jeunes gens (ils penseront inconnus) que j’expose, (les plus méchants penseront au verbe flatter) ainsi ? Ils représentent tous simplement mon espoir pour l’Afrique. Un avenir constructible, une lueur qui deviendra lumière et éclairera le cheminLire la suite « Boubacar Sangaré, l’etudiant malien »

Serge Katembera, un avenir sûr pour l’Afrique

Serge Katembera est Congolais, né en France et étudiant au Brésil. Ce jeune homme agé de 27 ans est devenu un franc fan de son pays d’acceuil, amoureux du Brésil, du football (qu’il aimait avant d’y aller hein!), du portuguais (qui au lieu d’etre un obstacle lui a servi d’alibi pour s’intégrer facilement, sa cuisine, Lire la suite « Serge Katembera, un avenir sûr pour l’Afrique »

Je suis tombouctienne, j’ai un mari secret #2

Episode 2 de ma série sur les femmes maliennes. Aujourd’hui  j’ai décidé de vous parler d’une pratique que je n’ai cessé de dénoncer depuis que je l’ai apprise : Le mariage secret. C’est une spécialité de Tombouctou comme le Toukassou ou le Fakouhoye (des plats sonrais). Je ne sais pas si cela se fait ailleurs, maisLire la suite « Je suis tombouctienne, j’ai un mari secret #2 »

Le Lycée des jeunes filles de Bamako,toute une histoire #1

L’idée des billets croisés sur les conditions de la femme de l’Afrique à la Guadeloupe vient de la grande bloggeuse camerounaise Danielle Ibohn. Elle n’a pas hésité à me proposer le travail bien qu’elle sache que je ne l’affectionne pas particulièrement. Je trouvais que les styles disparaissaient sous la plume du coordinateur. Mais il fautLire la suite « Le Lycée des jeunes filles de Bamako,toute une histoire #1 »