Je suis malienne et je chique du tabac #4

Ma série sur la femme malienne continue et de belle manière après le lycée des filles de Tombouctou  (cette ville m’obsède on dirait, mais le retour n’est pas loin) Bamako, le mariage secret de Tombouctou  (en commun avec d’autres mondoblogueuses- cette fois-ci je ne me trompe point sur la ville- et la recette magique du poulet aux plumes, l’épisode 4 porte sur une bien étrange pratique que j’ai découverte à Gao.

credit photo: Faty
Crédit photo : Faty

Non je ne devrais pas dire que je le découvre à Gao, car cette manière de chiquer le tabac chez les femmes existe à Tombouctou aussi, seulement ce sont des vieilles dames qui le font là-bas. Et elle ne demeure pas l’apanage des femmes seulement, certains vieillards le font aussi.

Mais à Gao, je découvre une voisine d’une trentaine d’années qui est pratiquement tabac-dépendante. Elle l’assaisonne avec de la cendre de tige de mil brulée. Plutôt pas cher, comparé à la cigarette, le tas de 200 F Cfa qu’elle achète par jour lui suffit largement. Elle en donne même parfois une pincée à la voisine d’en face, légèrement plus âgée. Vous êtes loin de réaliser mon étonnement, pendant que les autres échangent du beurre de karité ou du cola, elles sont toujours en train de se demander du tabac ou les cendres, qu’elles achètent aussi, soit dit en passant- je parle de la cendre-

C’est maintenant que je me rends compte de la justesse de la conclusion de mon mémoire de fin d’études sur la toxicomanie au tabac en psychologie. J’ai vu seulement la dépendance à la cigarette alors que le titre était la toxicomanie au tabac. Seulement les prostituées et certains cas de déviantes sociales (les acculturées et les Maliennes nées et élevées à l’étranger) s’y adonnent affirmais-je sur l’état des lieux de la consommation de cigarettes chez les femmes au Mali. Je n’ai point vu cet aspect. Si tabac =tabac, je devrais notamment parler de cette pratique. Dans cette zone -qui n’a pas de nom malgré le désir de groupuscules d’y créer un état de toutes pièces allant de Douentza à Kidal, les femmes chiquent dès le bas âge. C’est presque du ressort de la tradition.

L’ampleur de cette pratique dans la ville de Gao m’a  beaucoup surprise.  Le tabac a sa petite place dans le panier de la ménagère au marché. Ici les consommatrices commencent à la trentaine. Mais j’appris que plus on remonte vers Kidal, dans les tribus (ici on utilise aussi le terme de fraction, mais je ne l’affectionne pas beaucoup) touarègues, on chique de plus en plus jeune.

Lorsque vous remontez vers la région de Tombouctou, des zones comme Bamba, Bourem, Téméra, la pratique est également courante.

Fadimata me raconta son histoire en chiquant son tabac. Je prends quelques photos pour illustrer mon article.

Je l’observe, discute beaucoup avec elle, pour connaître le fond de cette dépendance. J’observe également autour de moi, au marché les femmes sont la clientèle de choix pour les vendeurs de tabac que je trouve bien nombreux.  J’interroge ma voisine qui a une boule de tabac en permanence au coin de la joue. Comment est-ce arrivé ? Pourquoi une telle dépendance ?

« C’est ma grande sœur qui m’a appris à chiquer. Je n’avais même pas sept ans. Elle avait déjà une dizaine d’années et les parents lui donnaient sa dose après le repas. Elle m’amenait dans un coin et me donnait un petit bout que je mettais dans ma joue. Je m’essuyais la bouche pour venir m’assoir comme si de rien n’était. »

« A 12 ans j’étais complètement accro et quand j’allais faire un séjour chez ma sœur, je faisais le tour du voisinage pour demander du tabac à son nom, car ce qu’elle me donnait ne me suffisait plus. »

Mon père était un grand chiqueur, il cultivait uniquement du mil pour en obtenir la cendre de la tige brulée qu’il mélange au tabac pour le chiquer. En dehors de cette cendre, d’autres utilisent de la soude minérale ou la cendre de la combustion du bois.

« Mon père chiquait beaucoup », me dit –elle, « mais je crois que je l’ai dépassé. Quand je n’avais plus de tabac, je me mettais à la porte et halait les passants en les suppliant de me donner du tabac. Cela ne lui plaisait pas et il est parti voir un marabout pour qu’il fasse quelque chose à une boule de tabac que j’ai chiquée. Rien.  J’ai continué à chiquer de plus belle. J’ai eu peur quand les moudjahidines ont envahi Gao. On disait que le tabac était interdit comme la cigarette. Je me suis demandé ce que j’allais devenir, car je sais que je ne pouvais pas vivre sans. Mais heureusement ce n’était pas possible pour eux de rentrer jusque dans les maisons pour nous contrôler. »

–         Mais ils ont frappé des gens ici à Gao pour avoir fumé ou même écouté de la musique dans des lieux publics ? Lui demandais-je  contente d’avoir un témoignage concernant ces faux prêcheurs de la parole d’Allah.

–         Certains disent qu’ils ont même tâté la bouche de certains au marché pour en faire sortir la boule de tabac. Mais je n’y ai pas assisté. Mais quand même beaucoup de jeunes se sont fait frapper par les moudjahidines pour avoir écouté de la musique, fumé ou bu de l’alcool. Mais cela ne les a pas empêchés de résister et de continuer à le faire. Les jeunes de Gao se sont montrés très courageux pendant cette occupation. Ils ont failli rendre les moudjahidines fous, tu sais !

–         Tu trouves que c’est une bonne chose que fumer, de boire de l’alcool ou de chiquer ?

–         Non, mais c’est une peine que Dieu nous a imposée dit-elle. Seul Dieu peut nous en soulager.

–         Mais les moudjahidines ont interdit tout cela parce que Dieu ne l’aimait pas non ?

–         Oui, mais c’est Dieu qui fait certaines choses aussi à sa créature.

–         Penses-tu pouvoir arrêter ?

–         Si Dieu me le permet oui, sinon, je crois que c’est difficile pour moi. Quand je n’ai pas de tabac, je deviens comme folle. J’en ai en permanence dans la bouche. Même la nuit.

Elle a répondu à mes questions le sourire aux lèvres.  C’est elle qui me parla des différentes variétés de tabac qui sont consommées à Gao.

Il y a trois types de tabac : celui que Fadimata chique  s’appelle tounouss, il a l’avantage de ne pas sentir.

C’est le tabac des « Sourgouboraye», les Touaregs. Il y a également parmi les types de tabac « le soma », qui est cultivé dans la zone d’Ayorou (région du Niger qui est frontalière avec le Mali. Elle est peuplée aussi par des Songhoïs).

credit photo: Faty
Crédit photo : Faty

Le tabac de Bamba, comme son nom l’indique est récolté dans la zone de Bamba, à 150 km de Gao. Il dégage une forte odeur, mais est préféré par certains chiqueurs- je ne veux pas dire chiqueuses, car je ne sais pas si le mot possède une autre signification-

Un troisième attentat-suicide à Tombouctou

Credit photo: Faty
Le quartier de la grande mosquée, Djingarey ber

Tombouctou, la ville mystérieuse a vécu le 3attentat-suicide de son histoire hier 28 septembre 2013 vers les environs de 13 heures temps universel.

La cité des 333 saints a été occupée par les troupes d’Aqmi (Al-Qaîda au Maghreb islamique) et d’Ansar Dine d’avril 2012 à janvier 2013. Elle a connu bien de tourments et de coups de feu pendant cette période si trouble.

En effet, le Grand Nord du Mali s’est retrouvé entre les mains des combattants touaregs, arabes et autres bandits de grand chemin, venus ; dans un premier temps, pour prêter main-forte au MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad) dans sa soi-disant lutte de libération de « l’Azawad ». Ensuite une fois le MNLA  maté sur le terrain, pratiquer une (article indéterminé, pour vous dire que cela n’a rien avoir avec « la vraie charia- la loi islamique » ) charia sur les populations qui ont décidé de rester sur place. Je me rappelle ma tristesse en novembre dernier à Tombouctou, le jour de l’Aïd el fitr : les rues étaient vides, les mines renfrognées, même les boubous ternes.

La voiture piégée est entrée par le nord de la ville encore une fois. La surveillance de cette partie de la ville a été laissée aux troupes maliennes et celles de la Minusma  pendant que les forces françaises  s’occupent de la zone de l’aéroport.  Le véhicule  est passé  derrière le monument de la paix, à Abaradjou (quartier des Arabes de Tombouctou qui n’ont pas hésité à se joindre aux nouveaux occupants, car adeptes des fraudes et certains alliés de longue date).

Les kamikazes à bord de cette voiture chargée, comme celles des fraudeurs quand ils quittent la brousse, a traversé toute la ville, pratiquement sans voir aucun poste de contrôle, ni même croiser une voiture de patrouille des forces républicaines sur place. Mais il faut dire que depuis la libération du nord par Serval, on n’a cessé d’attirer l’attention sur le manque de professionnalisme des armées africaines, qui ne pensent qu’à boire et à draguer les filles (qui veulent leur part de ces fortes primes dont ils profitent). Pour preuve, 6 pick-up de l’armée étaient garés devant le bar de Baba Toubabou (un natif de la ville qui tient un bar que les islamistes avaient bien détruit, mais fort prospère maintenant).

Ils ne pensent même pas à prendre pour exemple ces jeunes soldats français aux regards rendus translucides par le sérieux.  Ils ne quittent pas leur poste, ne voient pas les formes avantageuses des habitantes, respectant les ordres à la lettre. D’ailleurs, ils ne voient rien en dehors des ordres reçus.  Pour se sortir d’affaire avec un Malien, suffit de lui dire connaître sa belle-mère ou plaisanter en racontant des âneries sur le cousinage à plaisanteries (tu identifies son ethnie et tu te mets dans la peau de l’ethnie cousine : dogon-songhaï ; mandingue-soninké, pffff !!!!).

L’onde de choc de l’explosion a fait écrouler beaucoup de vieilles maisons du quartier Djingarey-ber (la grande mosquée classée patrimoine de l’humanité par l’Unesco) . La peur en a immobilisé beaucoup sur le coup. Que de murs fendus ! Le marché ? Complètement déserté par les vendeurs qui y ont laissé marchandises et bourses ! La poussière a mis des heures pour se disperser et malheureusement deux innocents, un ânier (pas le tien Limoune) et son fils, au bon moment dans le mauvais endroit y ont perdu la vie.   Des militaires auraient été blessés et les déclencheurs de la charge ont réussi leur mission et savent à l’heure qu’il est qu’ils se sont fait avoir par ceux qui les ont endoctrinés, car le paradis n’ouvre pas ses portes à une personne qui dérange 333 saints  de cette manière en tuant des innocents. D’ailleurs, il y a plusieurs saints enterrés dans le camp  ciblé. Une vieille tante me confia s’être fait une idée de l’apocalypse en sentant la terre et toute sa maison trembler avec l’explosion.  Elle en est restée paralysée un bon moment.

Depuis mars dernier, date du dernier attentat, la région semblait plutôt calme en dehors des combats entre Touaregs et Arabes. Les populations noires les prenaient avec une certaine distance, car ces derniers étaient les alliés d’hier contre eux.

Maintenant l’heure est au bilan. Faut-il voir une simple coïncidence avec l’attaque à la grenade de deux gardes maliens à Kidal et le retrait des Touaregs du MNLA des négociations avec le gouvernement malien ?  Moi je n’y croirais pas malgré le communiqué laconique du MNLA qui continue dans ses divagations en parlant d’attentat sur les terres de l’ « Azawad » alors qu’insistance est faite pour faire savoir que ce mot arabe (oui, pas touareg !) ne désigne en aucune manière tout ce territoire qu’il réclame, que les Touaregs qui le réclament sont minoritaires dans la zone et qu’aucune autre ethnie n’adhère à leur projet de République.

Je pense que nous n’avions vu que les cornes, pour traduire du djerma. Ce n’est que le début.  Ils feront tout pour faire pencher la balance des négociations en leur faveur et je ne pense pas que les liens du MNLA avec Aqmi et Ansar Dine soient aussi morts qu’ils le font savoir.la grande mosquée

Dis-moi quel animal tu es, je te dirais quelle femme tu fais

Ce billet est le premier tandem – si je peux le nommer- ainsi que je réalise avec René Mouna, mondoblogueuse tchadienne, suite à une publication sur Facebook et qui m’a fort intéressée : en Afrique, il arrive de donner des noms d’animaux à des femmes selon leur comportement.

Oui Faty la malienne a raison, ceci est mon premier billet commun avec une mondoblogueuse. Tout est parti d’un fait qui aurait été banale si cela ne m´a pas interpellé.  Je suis allée rendre visite à une famille amie à la mienne. Le fils aîné rentré des études t venu lui aussi dire le bonjour à ses parents. Au moment de quitter, le père le bénit en ces termes «mon fils, que Dieu te donne une femme mouton». Le fils transformé par l´école des blancs demande à son père avec un air ébahi «c´est quoi une femme mouton papa ?» et la mère tout calmement de répondre «oui mon fils, ton père a raison. Il te faut une femme mouton qui te sera soumise  car une femme cabri est très indocile». J´aurais pouffé de rires si je ne connaissais pas l´état de santé mentale de la famille. Je ne pouvais imaginer que de grandes personnes raisonnables, respectées et sains d´esprits que je connais tiennent de tels discours dans leurs intimités.

Une femme dans la conception traditionnelle de l´Africain et du Tchadien doit être le mouton de Noel ou de tabaski qui subit coups, injures, injustices et inégalités sociales sans broncher pour dire qu´elle est brave d´où le sens même de l´excision (endurcir sans crier ni pleurer). Elle doit être le mouton du nouvel an qui suit son maître qui lui dicte ses humeurs, humours, lui sers ses caprices qu´elle, en bonne femme, assumer sans répondre. Elle doit accepter les infidélités du mari-dieu sans demander les explications avec la sagesse d´une femme respectueuse. Elle doit bon gré mal gré en bonne femme-mouton se plier aux exigences malsaines de la belle-famille qui fait la pluie et le beau temps dans son foyer, la réprimande pour une rien, se plier et avaler leurs messes basses.

Dépassée, je postais la phrase sur mon Facebook. L´article a ainsi germé

Faty répondit en premier avec bien d´autres noms d´animaux que jusque-là je ne pouvais imaginer qu´on puisse l´attribuer à la femme ; cet être sensible et plein de douceur. Selon Faty, La femme joue un rôle important dans la société africaine. Si dans certaines de nos contrés, elle jouit d’un respect, dans d’autres, nous remarquons surtout un comportement réducteur à la maternité et au mariage. Au Mali, la place et le concept du rôle de la femme dans la société dépend fortement de l’ethnie, n’empêche, ces sobriquets peu  glorieux sont présents un peu partout. Ils sont présents parfois dans les langues, certaines femmes même  les utilisent contre d’autres femmes, sans se rendre compte qu’une généralisation est fort facile. Elle raconte :

Mon plus lointain souvenir sur le sujet remonte au Niger et à un prêcheur- dont j’ai oublié le nom- qui parlait de l’importance du choix d’une campagne est délicat pour un homme, car il affirmait « le meilleur  « objet » qu’un homme puisse posséder est sa femme, le pire aussi est aussi sa femme ». Il conseillait ainsi de prêter attention au choix et  comme indication il donnait les types de femmes qu’on rencontre en se donnant des noms d’animaux.

–              « la femme chèvre »  est cette dernière qui parle haut.

–              « L’ânesse » celle  qui n’avancera qu’avec le bâton

–              « la chienne » est une femme dévergondée qui appartient à tous les hommes et qui te trompera toujours

–              « La poule » est cette ingrate qui ne sera jamais satisfaite

–              La « femme-mouton » toujours docile

Mon premier réflexe a été de me renseigner sur la véracité de ces propos une fois rapportés à l’islam. Je suis enseignante dans un institut de formation de maître franco-arabe.  Même si je fais l’objet de discrimination de la part de certains de mes collègues par ma seule présence dans leur salle de profs, je peux me vanter de disposer d’un chapelet de connaisseurs de l’islam qui répondent aisément à mes questions sur l’islam.

La femme dans les religions monothéistes

J’ai choisi le plus démocrate parmi eux, mon ami et collègue Youssouf Mossa, professeur de littérature qui est également imam d’une mosquée à l’hippodrome (un quartier de Bamako) en plus d’être aussi blogueur.

–              «  Youssouf, est qu’on traite la femme de noms d’animaux dans le coran ? »

–              «  NON !, la femme est fortement  respectée dans le coran. Ce respect est tel qu’on ne donne même pas son prénom que lorsque c’est fortement nécessaire. Pour protéger son honneur. Dans beaucoup de cas, tu remarqueras qu’on écrit « une femme », pas parce que le nom n’était pas connu mais par respect.  Ce n’est que lorsque c’est extrêmement nécessaires  et en bon exemple qu’on donne les noms comme celui de Aïcha (la femme du prophète Mohamed, paix et salut sur lui) ou Mariam (Marie, la mère de Jésus). Elle ne peut être confondue ou traitée par un nom d’animal.

Faty a raison de chercher la place de la femme dans le monde croyant. Il est vrai que la religion accorde une place importante à la femme, et ce, depuis la création avec Eve comme l´aide semblable à Adam. Cependant beaucoup d´hommes aujourd´hui se base sur les livres religieux pour assujettir la femme. Même les chrétiens ne s´en épargnent pas. Leur verset favoris est « femme soit soumise à ton mari (… )» et aucun homme ne va jusqu´à fin de ce verset qui recommande à l´homme de respecter et d´aimer sa femme au point de pouvoir se sacrifier pour elle. Que c´est merveilleux de lire sa Bible ou son Coran avec un ciseau en main. Les textes deviennent des prétextes et la soumission de la femme un devoir réligieux.

Au final, il  faudrait juste comprendre que ces comparaisons animalières viennent surtout de la tradition africaine. Que dis-je ? Pas seulement africaine, ces expressions sont présentes aussi dans la langue française.

–              La grue n’est-elle pas une prostituée?

–              La  bécasse = une  sotte, nigaude, véritable buse (encore un autre animal)

IBK, investi président du Mali pour 5 ans

credit photo: Moussa Kalapo
Crédit photo : Moussa Kalapo.

19 septembre 2013 : date importante dans l’histoire du Mali. Une vingtaine de présidents sont à Bamako pour  la cérémonie solennelle d’investiture de Ibrahim Boubacar Keita suite à son élection à la présidence de cet  Etat de l’Afrique de l’Ouest qui était devenu le sanctuaire de islamistes narcotrafiquants en avril 2012.

credit photo: Moussa Kalapo
Crédit photo : Moussa Kalapo.

Jamais le Mali n’a eu à accueillir autant de prestigieux hôtes : le roi du Maroc, une vingtaine de présidents africains et leur chef suprême (franchement), le président de la République française le socialiste François Hollande et un parterre de prestigieuses personnalités représentant toutes les organisations internationales imaginables. Bamako est devenue   «the  place be » to day.

Les sourires satisfaits étaient sur toutes les lèvres.  Et pas seulement sur les lèvres. Celui du président tchadien est bien excusable, car ce pays d’Afrique de l’Est qui est plutôt frontalier avec le Niger que le Mali n’a ménagé aucun effort dans la lutte pour chasser les occupants du Mali. Combien de Tchadiens ont perdu la vie dans ce grand désert que même nos soldats craignent (et ne connaissent pas en réalité, car délaissé aux trafiquants suite aux accords de « paix » précédents ?).

Je me demande si un culte du tchadien ne va pas naître au Mali. En tout cas il est naissant à Gao. Idriss Déby Itno, nous aurait insultés aujourd’hui, nous n’aurions rien dit je pense. D’ailleurs cela aurait bien étonné, car le président tchadien est à Bamako pour jouir des égards que lui a valu son intervention au côté de Serval  dans les montagnes des Ifoghas.  C’est bien que le rendez-vous du stade du 26 mars concorde avec la fronde de soldats tchadiens qui réclament soldes en retard et relève.  Quand les Tchadiens sauvaient la mise aux troupes en attente (un nom qui leur va bien !) de la Cédéao, la  Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (qui n’arrivaient pas à sortir des conférences des hauts gradés des armées pour intervenir concrètement, sans l’intervention, je ne veux pas dire l’aval de la France), ils applaudissaient à la ronde non ?

Maintenant, ce que tout le monde taisait saute à l’œil nu : les troupes de la Minusma (Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali) laissent le plus dur du terrain (le désert) aux Tchadiens (qui en sont les connaisseurs) sans leur donner leur dû. Pendant que les troupes burkinabè, togolaises, nigériennes, sénégalaises sont dans les centres urbains et profitent des avantages de leur mission (femmes et alcool) les Tchadiens restent dans la poussière, la solitude, les scorpions et les belliqueux touaregs de l’Adrar des Ifoghas. Je me laisse aller à chanter l’éloge de cette armée comme leur première dame Hinda Déby, le 8 mars dernier :

Soldat du Tchad, enfant du Sahara
Soldat du Tchad, enfant des tropiques
Fier guerrier, même sur les terres étrangères
Le voilà présent à l’appel du secours

Au premier péril, il mit ses mains !
Au second, il posa ses pieds
Il confondit les balles aux gouttes de pluie
Il assimila les bombardiers aux corbeaux

Là où l’armée française hésita
L’armée tchadienne s’y engagea
Là où l’armée malienne recula
L’armée tchadienne avança

L’Adrar des Ifoghas vibra de peur
Les djinns d’Igharghar vidèrent les lieux
Le cri du guerrier tchadien y élut domicile
Le fracas de ses armes tétanisa les environs

Abou Zeid croisa son destin tragique
Belmokhtar ne put fuir le sien analogue
L’antre des djihadistes changea de maître
Le guerrier Tchad investit le sanctuaire

L’aura guerrière du Tchadien est séculaire
Ce fut le Tchadien qui libéra le camp Kouffra
Ce n’est pas le général Leclerc qui démentira
Car le Tchadien était aussi de la 2e division blindée

L’ANT à l’assaut de Ouaddi-Doum
L’ANT à l’attaque de Bir-Koran
L’ANT à la prise de Maten-El-Serra
L’ANT à la conquête d’Aouzou

Les Bambara retiendront un nom : Tchadien
Les Songhoï chanteront pour le Tchadien
Les Mandingue se souviendront du Tchadien
Les Touaregs s’inclineront devant son passage

La Cédéao deviendra humble devant le Tchad
Les Africains de lOuest liront nos leçons de guerre
Car le soldat tchadien n’est pas un bidasse de salon
Moins encore un brut de cabaret

Aujourd’hui, le Tchadien a défendu l’Afrique
Demain, il défendra le monde
En attendant, gloire à nos martyrs
Et bientôt, le retour triomphal au bercail

Par Djiddi Ali Sougoudi

Ce jeudi, les rues de Bamako sont plutôt désertes, fraichement toilettée pour ses illustres hôtes arborant des drapeaux vert,jaune, rouge (celui du Mali) dans les axes principaux et les grands monuments et cachant ses parties nauséabondes et ses rues impraticables.

La star était encore Hollande, le président français, même si la ferveur n’est plus au rendez-vous. Maintenant les Français ne sont plus perçus comme les sauveurs qui ont chassé l’ennemi, mais  nous assistons plutôt à un retour en arrière.  C’est cette France qui soutient les rebelles touaregs contre Nous (les Maliens en général) qui permet au MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad) de se promener avec un drapeau séparateur et indépendantiste et poussant des enfants à caillasser les voitures de l’armée malienne sans mot dire). Ceux qui ont baptisé leurs enfants François Hollande ne les rebaptiseront pas, mais ils hésitent certainement quant au nom sur l’acte de naissance (au Mali, on met du temps pour l’établir quand on le fait).

Hollande a eu un discours plutôt apaisant, rassurant, qui a conforté mon premier sentiment quand je suis entrée à Gao : le nord du Mali ne nous appartient plus, les Français ont remplacé les pseudo-djihadistes et ne partiront pas d’aussitôt. L’inauguration d’un puits par Serval dans une mosquée à Gao a conforté ce sentiment. Aujourd’hui, Hollande nous a rassurés (si l’on veut)  en affirmant dans son discours « La France sera là pour vous accompagner, pour le développement, pour l’Etat, la démocratie, pour la réconciliation ». Bon j’en oublie certaines parties de son discours du genre « Nous avons gagné cette guerre, nous avons chassé les terroristes, nous avons sécurisé le Nord ».

Venant fraîchement de Gao, je vous dirais que ces propos sur la sécurisation du Nord  sont nettement du ressort du chauvinisme. Les postes de contrôle sont laissés aux troupes maliennes qui sont encore égales à elles-mêmes.  Ils oublient la situation et l’état de guerre pour la recherche du gain facile. Je déplore une fouille des passagers qui est plus qu’approximative. Pas de fouille réelle des bagages. Pas de vrais contrôle d’identité. Il suffit d’avoir une carte d’identité en règle pour passer quelle que en soit la nationalité. Même pas de regard inquisiteur.  Que de militaires  (en permission certainement) à la recherche d’occasions (gratuites) pour rentrer en famille. Peut-être prêtent-ils oreilles aux conversations ou espionnent-ils les passagers ? Moi je n’ai nullement été rassurée en tout cas !

IBK, habillé d’une veste (au détriment de ses traditionnels habits en bazin trois pièces qui portent son nom) nous a encore servi le même discours du Mali reconnaissant, qui est cette fois dûment tourné vers une démocratie véritable, qui luttera contre la corruption, même si, nous n’avons pas pu faire le constat du début. A Bamako, toutes les arnaques continuent…c’est encore le MÊME MALI jusqu’à présent, peut-être que je devrais attendre un peu…

La paix et la réconciliation ont occupé aussi une grande place. J’espère que pour la réconciliation, le script, que nous soupçonnions d’avantager les Touaregs  (minoritaires) et de leur accorder une autonomie malgré les affirmations insistant dans le sens contraire sera abandonné.

Les regards sont surtout focalisés sur ces Touaregs et leurs revendications au détriment des vouloirs des populations majoritaires du nord du pays qui ont été les victimes de choix pendant cette occupation. Je ne sais pas pourquoi je pense à un adage que ma maîtresse  disait au CM1  » ce sont les bidons vides qui font du bruit« .

crédit Photo: Moussa Kalapo
Crédit Photo: Moussa Kalapo.

La réconciliation dépasse le niveau de ces tractations politiciennes entre des leaders politiques. Il y a ceux qui sont restés ont été victimes de viol, vol, amputation, humiliation et les autres qui sont partis craignent la vengeance et l’amalgame (ils sont pour l’Azawad quand ils ont dans les camps de réfugiés, mais pour le Mali quand ils sont au Mali).

 

 

 

C’est parti pour le changement au Mali

crédit photo: maliactu.com
crédit photo: maliactu.com

C’est ce qu’on penserait de prime abord après la nomination d’Oumar Tatam Ly au poste de premier ministre par le président Ibrahim Boubacar Keita. Pratiquement toute la communauté internationale retenait son souffle, dans l’attente du gouvernement. alors pour la malienne au patriotisme débordant,  c’est matière à billet…

Les amis et connaissances savent que je ne suis pas  fan de l’ORTM (office de radio diffusé et télévision du Mali). Comme Boubacar Sangaré, je pense que cet organe de presse est resté figé dans l’histoire et continue à être seulement l’outil de propagande de l’Etat de la période des  indépendances.

Tu es journaliste, engagé ou presque ? Tu n’y travailleras pas. Tu veux gagner seulement ton pain en faisant un métier que tu aimes, le journalisme ? tu ne serais certainement pas de ces fervents adeptes du journalisme alimentaire !

Donc quand cette télé -que j’aime tant-donna la liste des membres du premier gouvernement d’IBK, je regardais autre chose – sincèrement ? Les dessins animés-.  C’est par un truchement spécifiquement malien que j’ai appris la nouvelle.

C’est le coup de fil reçu par un visiteur de ma sœur que j’appris la nouvelle, juste après la prière de l’asr, vers 16 h 15.

A la malienne.

L’appelant lui annonçait que son parent qui était au gouvernement  de transition gardait sa poste.  Ce dernier appela  aussitôt le ministre en question en direct -dans notre salon hein ! – pour le féliciter.  L’appel ne passa pas, mais le ministre le rappela aussitôt – car c’est son neveu- et il reçut les bénédictions – en direct aussi hein ! – : « Que Dieu te donne santé  et prospérité dans ce travail, on t’a changé de poste ? Oui, mais ce n’est pas facile, l’essentiel est d’y rester. »

Dans un souci d’anonymat, je ne vous dirais point l’ancien poste ni le nouveau  du ministre en question, je sais que pratiquement tous ont eu ces genres de conversation avec leurs parents, ils sont (6) six. Les parents des nouveaux ont agi ainsi, aussi.  Au moins 34 bœufs ont été égorgés dans la ville de Bamako, cette nuit en guise de sacrifice. Les parents invités ou acceptés sur les lieux sauront qu’ils pourront revenir demander audience et espérer. Hé Mali !

Au Mali, être membre d’un gouvernement, c’est avoir une clé d’entrée dans les caisses d’état et y puiser pour les besoins  de qui vous voulez , à satiété. De l’indépendance, à nos jours, tous les ministres se sont servis sans être inquiétés. Le pays est dans des difficultés, mais on dirait que  le même état d’esprit  demeure… subsiste.

Du  gouvernement de transition qui vient de rendre son tablier,  nous savions – sans rien dire même si nous le désapprouvions- que la junte y faisait la pluie et le beau temps.  Mais comme son leader semble avoir une main mise sur l’armée, je me tais, tais ma déception envers mes compatriotes qui voient un héros en lui. J’ai bien peur de voir le scenario d’ ATT (Amadou Toumani Touré), libérateur du peuple se répéter. Il est important que « IBK (Ibrahim Boubacar Keïta) décide de rentrer dans l’histoire africaine  »disait Sylvia Watt , juste hier.  En tout cas, les généraux n’ont pas besoin de démissionner pour se présenter aux élections…alors Maliens tenez-vous-le pour dit!

Une junte des plus incroyables qui s’en sort des mieux, après avoir précipité le pays aux mains des faux fous de Dieu, trouvant des excuses à la débandade des militaires maliens (pas d’armements,  pas d’hommes en renforts, rebelles privilégiés, corruption dans l’armée, pas de formation…) et mettant tout sur le dos du président ATT- pas aussi innocent en réalité-

Pratiquement les ténors de la junte ont utilisé la courte échelle que nous Maliens aimions tant : tu fais des frasques, mets ton pays à genoux et te voilà général ou titulaire d’un poste de ministre, à vie ?- parce que tu as su –et osé-  annoncer  les résultats du deuxième tour de l’élection présidentielle dès le premier tour. Hum…Mali. Changement viendra-t-il un Jour ?  So te pan, a den ka gunuma dit le proverbe bambara, quand un cheval bondit, sa progéniture ne peut ramper. Il y une culture du «  je profite de mon poste » au Mali auquel il est important que nous mettions fin.

Un gouvernement «  jugé » aussitôt pléthorique par tous ceux que j’ai interrogé (je vous assure qu’ils sont nombreux et que j’y ai dépensé mes sous d’enseignante qu’on dit radine). Pas moins de 34 ministres  et de nouveaux – et peu singuliers –ministères : urbanisme et politique de la ville, un ministère de la réconciliation nationale et du Développement des régions du Nord.

Il y a  aussi les ministres délégués auprès des autres ministres –lucarnes ? Je ne saurais m’avancer –

Un gouvernement surprenant ? NON. Personne ne peut le dire. C’est la même ligne qui continue son tracé dirais-je. Il y a  ceux qui ont soutenu le candidat IBK, il y a ceux qui doivent continuer la besogne –suivez mon regard – déjà commencée pendant la transition, un ancien rebelle, et pour couronner le tout peu de femmes : 11% – de quoi rendre le défenseur des femmes Aphtal Cissé rose de colère-

Trêve de présentations voici la liste des membres de ce gouvernement:

  1. Ministre de la Justice, Garde des sceaux : Mohamed Aly Bathily
  2. Ministre de la Défense et des Anciens combattants : Soumeylou Boubèye Maïga
  3. Ministre de la réconciliation nationale et du Développement des régions du Nord : Cheick Oumar Diarra
  4. Ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale : Zaraby Sidi Ould Mohamed
  5. Ministre de l’économie et des finances : Madame Bouaré Fily Sissoko
  6. Ministre de la sécurité : Colonel Sada Samaké
  7. Ministre du développement rural : Dr Bocary Téréta
  8. Ministre de l’administration territoriale : Général Moussa Sinko Coulibaly
  9. Ministre  du plan et de la Prospective : Cheickna Seïdy Diawara
  10. Ministres des domaines de l’Etat et des affaires foncières : Tiéman Hubert Coulibaly
  11. Ministre du commerce : Abdel Karim Konaté
  12. Ministre de la fonction publique : Bocar Moussa Diarra
  13. Ministre de l’environnement et de l’assainissement : Ousmane Ag Rhissa
  14. Ministre de l’équipement et des transports : Colonel Abdoulaye Koumaré
  15. Ministre du travail et des affaires sociales et humanitaires : Amadoun Konaté
  16. Ministre du logement : Mohamed Diarra
  17. Ministre de l’urbanisme et de la politique de la ville : Moussa Mara
  18. Ministre de la promotion de la femme, de la famille et de l’enfant : Madame Sangaré Oumou Bah
  19. Ministre de l’éducation nationale : Madame Togola Jaquéline Togola
  20. Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique : Moustapha Dicko
  21. Ministre de la santé et de l’hygiène publique : Ousmane Koné
  22. Ministre de l’énergie et de l’hydraulique : Frank Aly Keïta
  23. Ministre de la culture : Bruno Maïga
  24. Ministre de l’emploi et de la formation professionnelle : Ousmane Bany
  25. Ministre de l’artisanat et du tourisme : Madame Berthé Aïssata Bengaly
  26. Ministre de l’industrie et des mines : Dr Boubou Cissé
  27. Ministre des Maliens de l’extérieur : Dr Abdrahamane Sylla
  28. Ministre de la communication et des nouvelles technologies de l’information : Jean Marie Sangaré
  29. Ministre de la jeunesse et des sports : Me Mamadou Gaoussou Diarra
  30. Ministre délégué auprès du Ministre de l’administration territoriale, chargé de la décentralisation : Malick Alhousseini
  31. Ministre délégué auprès du Ministre du développement rural, chargé de l’élevage, de la pêche et de la sécurité alimentaire : Nango Dembélé
  32. Ministre délégué auprès du Ministre de l’administration territoriale, chargé des affaires religieuses et du culte : Thierno Oumar Hasse Diallo
  33. Ministre délégué auprès du Ministre de l’économie et des finances chargé du budget : Madani Touré
  34. Ministre délégué auprès du Ministre de l’économie et des finances chargé de la promotion des investissements et de l’initiative privée : Moustapha Ben Barka

Maintenant le challenge direct qui attend le président est la suite des accords de Ouagadougou, qui, étaient forts prometteurs pour les séparatistes, indépendantistes doublés de bandits de grands chemins, maitres en enlèvement de touristes  et de voitures, de viol, spécialistes des retournements de situations et de désaveux d’accord :  Le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad).

We are waiting…what will we see ?