Mali : l’ONU continue son folklore et adopte un régime de sanctions …

Le Mali est sous une sorte de tutelle de l’Organisation de Nations Unies ONU depuis 2013 avec la création de  la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) par sa résolution 2100 , du 25 avril 2013 par le conseil de sécurité.

Les troupes africaines de la force africaines Misma deviennent des casques bleus chargés du maintien de la paix dans un pays divisé en 2 dès l’Operation Serval.

Les troupes maliennes restent aux encablures de la ville de Kidal que l’opinion trouve donnée aux rebelles et alliés de / par la France, dans sa recherche des djihadistes dans les montagnes de l’Adrar des Ofoghas.

Si un accord de paix a été signé à l’issue du processus de paix avec certains groupes armés que la communauté internationale a choisi de legitimiser parce qu’ils n’ont pas hésité à tuer et à expulser les soldats et mes fonctionnaires maliens de Kidal après l’épisode de la visite forcée du premier ministre malien du moment Moussa Mara, le Mali entier semble glisser dans cette insécurité qualifiée de résiduelle par la cour constitutionnelle.

Des casques bleus aux soldats maliens en passant par les populations, les victimes des mines et autres attaques kamikazes sont nombreux.

En plus de Gao et Tombouctou, Mopti aussi région la zone rouge du Mali.

Les hommes de Kouffa, le marabout djihadiste qui a rejoint Iyad dans si son organisation – terroriste enfin c’est ainsi qu’eux le qualifient – ne se cache plus pour appliquer sa charia dans les zones de la région de Mopti qui sont sans protection militaire.

Il est pratiquement impossible de prendre les pistes qui lient le nord du Mali au sud , à cause des attaques à main armés, et des braquages et des crimes qui y ont lieu , sous fonds d’affrontement entre la coordination des mouvements de l’azawad et le Gatia  ( groupe d’autodéfense imaghad et allies) sous fond de considération d’appartenance tribale.

La presence de l’armée malienne, de la Minusma, de Barkhane… N’empêche pas la montée de l’insécurité dans les villes de Gao et Tombouctou. Kidal je ne saurai vous dire ce qui s’y passe, si ce n’est ces attaques contre/dans le camp de la force des nations unies qui ne cessent.

Ce sont les gros bonnets de la place : humanitaires, ONG, casques bleus,politiques , élus locaux et représentants et membres des groupes armés qui ont accès à ces voyages dans les avions des nations unies.

Les populations silencieuses sont tous les jours les victimes. Braques. Meurtres. Viols.

Mais dans ce monde de ce jour, seuls ceux qui ont décidé d’utiliser la voix de la violence ont droit à l’écoute.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s