Quelle protection offrent les familles aux enfants dans la ville de Tombouctou ?

 

Un enfant formé par le projet montre une fenetre qu’il a confectionné

L’enfant joue un rôle important dans la communauté au Mali, plus précisément à Tombouctou, il est vu comme une bénédiction pour le couple. Il est également un bien communautaire et chacun participe à son éducation.

Chez le Tombouctien, l’enfant est « roi », il est fragile, une « graisse de poule » et il constitue une « richesse ». La communauté reconnait ainsi à travers ces termes, que nous avons recueillis en songhay, expriment une double attitude envers l’enfant. L’enfant a des besoins, des droits (droits) mais il a aussi des devoirs et la famille/communauté le prépare à cela (du sevrage à l’éducation traditionnelle). Il est à protéger, mais il est aussi appelé à « servir » la communauté, ce qui peut impliquer l’empiétement de ses « devoirs » sur ses « droits ».

La vulnérabilité de l’enfant n’a pas de critères bien définis au sein de la communauté, mais à travers des affirmations de sens commun, elle est identifiée comme un état qui a trait au rapport tripartite « enfant/famille/pauvreté ». Plusieurs facteurs sont indiqués comme étant à la base du concept de vulnérabilité de l’enfant:

  • La pauvreté de la famille (enfant adopté ou donné en apprentissage à un marabout)
  • Le rapport de l’enfant avec le milieu familial (séparé ou pas de la famille).
  • Le rapport avec la communauté et les institutions (école, medersa, école coranique, ONG, institutions sociales étatiques ou associations…)

La protection de l’enfant consisterait génériquement à garantir à l’enfant « des bonnes conditions », la santé, l’éducation, la sécurisation. Les aspects strictement liés à la protection contre la violence, les abus, l’exploitation des enfants ne sont pas pris en compte de manière explicite, au contraire ils sont « offusqués » par certaines normes sociales tacites qui tolèrent, au lieu de condamner, ces comportements néfastes.

 

Quand nous prenions l’éducation traditionnelle à Tombouctou, elle soumet l’enfant à la volonté du parent qui peut à la limite être maltraitant avec l’enfant ou le mettre dans un cadre d’apprentissage qui l’expose à la violence de son maitre.

Les parents qui sont tuteurs des enfants, leur garantissent ainsi la nourriture et la protection. Ils leurs fournissent les 3 repas pris en famille, l’habillement et une éducation qui commence dès le bas âge avec leur inscription à l’école coranique. Si certains sont inscrits à l’école coranique en même temps l’école publique, d’autres n’ont aucune de ces éducations quand les parents n’ont pas les moyens d’assurer les dépenses de ces types d’éducation. Les enfants vont très rapidement apprendre un métier dans un atelier pour contribuer aux dépenses de la famille et devenir indépendants.

 

Si certains enfants de fonctionnaires et autres personnes travaillant pour des institutions nationales ou internationales peuvent profiter de la protection sociale et maladie, les enfants démunies, issus de familles pauvres ou confiés, sont des laissés pour compte et leur situation est accentuée par la crise sécuritaire et politique que le Mali connait depuis 2012.

 

Heureusement, dans la ville de Tombouctou, plusieurs organisations non gouvernementales ont des projets d’assistance à ces enfants en situation de vulnérabilités, comme les enfants concernés par la mobilité qui sont très souvent sans protection.

un educateur expose le travail des enfants du projet de Tdh, OFDA/USAID, Enda

L’ONG Terre des hommes (Tdh) et Enda Mali exécutent le projet d’appui d’urgence et de renforcement de la résilience des enfants en mobilité qui vise la protection individuelle et collective des enfants et le respect de leurs droits grâce au soutien généreux du peuple américain à travers OFDA/USAID.

 

  1. Le projet lutte contre les violences, les abus, l’exploitation et la négligence des enfants à travers l’accompagnement social personnalisé (ASP) ;
  2. Contribue à la réduction des vulnérabilités des enfants concernés par la migration à travers l’appui psychosocial dans des « Point Espoir » ou espaces communautaires de protection des enfants, l’alphabétisation, la formation socio professionnelle, le suivi des enfants par les animateurs du projet et des acteurs communautaires de base;
  3. Renforce les capacités des acteurs des structures techniques de l’Etat, des collectivités locales et des acteurs communautaires ;
  4. Facilite l’accès de l’information et sensibilise les enfants et les communautés sur la protection et les droits de l’enfant.

 

Du 07 au 08 juillet 2018, a eu lieu dans la ville de Tombouctou, la campagne « Talents d’enfants » destinée à promouvoir le savoir-faire des enfants vulnérables ayant été accompagnés par le projet d’appui et de renforcement de la résilience des enfants en mobilité dans les villes de Tombouctou et Gao.

 

Ces deux jours de campagne : exposition du travail des enfants concernés par la mobilité (qui ont été formés, dotés, installés à leur propre compte); démonstrations des enfants; prestations de sketch et jeux éducatifs ; débats communautaires ; ont été un véritable succès pour  l’amélioration de l’environnement protecteur des enfants dans  la ville de Tombouctou.

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s