A Tombouctou, que font les Organisations Communautaires de base dans la protection des enfants ?

Nous continuons notre série d’articles sur la protection des enfants à Tombouctou qui entrent dans le cadre de la campagne  » Talent d’enfant » de l’ONG Tdh Mali à Tombouctou. Nous nous intéressons à la participation des organisation de base dans la protection des enfants

Etre protégé est le droit de chaque enfant, bien que le bien-être physique, mental et émotionnel de millions d’enfants dans le monde soit menacé par les violences, les abus, l’exploitation, la négligence.

Au Mali, notamment dans la ville (Tombouctou), 69% des enfants concernés par la mobilité seraient confrontés aux problèmes de maladies ; 14% aux violences physiques ; 11% à la négligence par les adultes et 5% d’exploitation économique. Ces enfants vulnérables sont aussi confrontés à un accès très insuffisant aux services d’accueil et de prise en charge sociale et psychosociale ; à l’éducation (formelle et l’alphabétisation) ; à la santé. Ces constats sont issus de l’étude de base que Terre des hommes Lausanne (Tdh) et Enda Mali ont réalisé en décembre 2015 à Tombouctou sur la situation des enfants en mobilité.

Face à ces situations de besoins de protection, il est important de renforcer l’engagement des communautés locales en faveur de la protection des enfants, leur prise en charge et la promotion de leurs droits. Abderrahmane Mohamed, ancien membre du parlement des enfants du Mali, jeune militant et défenseur des droits des enfants, nous confie que « la participation des communautés (…) à la protection des droits des enfants est la meilleure manière pour réussir à protéger les enfants des abus de toute sorte ».

L’exemple de Terre des hommes Lausanne à Tombouctou

Activité club d'enfant
Club d’enfants Tombouctou (c) Tdh Tomboucotu

Depuis septembre 2015, l’ONG Terre des hommes Lausanne (Tdh Mali) exécute avec Enda Mali et d’autres partenaires locaux, un projet d’appui d’urgence et de renforcement de la résilience des enfants en mobilité grâce au soutien généreux du peuple américain à travers OFDA/USAID (le Bureau de l’USAID pour les secours d’urgence en cas de catastrophe à l’étranger).

Ce projet a un important volet communautaire qui travaille avec huit (8) associations de femmes, d’enfants et de jeunes ainsi que les chefs de quartier, le réseau des communicateurs traditionnels pour le développement (RECOTRADE), les gouvernements d’enfants en milieu scolaire et les clubs au niveau communautaire.

Comment ces organisations communautaires protègent-elles les enfants ?

Le projet a réuni ces acteurs locaux autour d’un comité local de pilotage des interventions de protection des enfants, présidé par la Mairie de la commune urbaine de Tombouctou.

Chaque acteur s’engage à travers un plan d’action annuel élaboré avec l’aide du projet, d’identifier et d’accompagner au moins une centaine d’enfants vulnérables et concernés par la mobilité (enfants déplacés internes, enfants migrants travailleurs, enfants de retour de la migration, etc.).

Les chefs des quartiers de Sareikeyna, Hammabangou et Abaradjou ont contribué à la mise en place de 3 espaces d’accueil et d’orientation des enfants appelés « Points Espoir ». Ces espaces sont ouverts à tous les enfants vulnérables. Ils permettent aux enfants, filles et garçons, de se rencontrer régulièrement pour des séances d’information et  de formation en compétences de vie courante, sur les comportements à adopter contre les violences, abus,  exploitation et négligence. Ces espaces permettent aussi d’identifier des enfants qui ont un besoin spécifique et d’un accompagnement personnalisé.

Un accompagnement local diversifié

L’identification, l’accueil, l’alphabétisation, l’apprentissage à des métiers, l’appui à l’acquisition d’actes de naissance ou d’actes d’état civil, la médiation entre employeurs et les enfants, l’information et la sensibilisation, le suivi des enfants, le plaidoyer auprès des autorités étatiques et des collectivités. Chaque association aide ces enfants selon ses ressources et son savoir-faire local.

blog 13
Stand des enfants à la Campgne Talent d’enfant de Tdh à Tombouctou

Grâce à l’appui du projet et à la participation de ces associations et acteurs, les enfants qui sont dans l’apprentissage coranique à l’Association pour la Sauvegarde et le Développement des Ecoles Coraniques de Tombouctou n’apprennent plus par terre mais dans une salle équipée en tables-bancs et ayant un tableau. L’association a 2 pousse-pousse et une moto qu’elle loue et paye le petit-déjeuner des enfants avec les revenus. Cela a permis aux enfants talibé de ne plus sortir se promener dans la ville et mendier. Cela a réduit également le départ précoce de ces enfants en mobilité.

Grâce aux sensibilisations de ces associations auprès des employeurs des filles migrantes domestiques, celles-ci sont soignées par les employeurs lorsqu’elles tombent malades. Leurs salaires ont augmenté de 3.000 FCFA à 10.000 FCFA. La médiation a encouragé des employeurs à payer régulièrement les salaires de ces enfants travailleurs.

De 2015 à aujourd’hui, ces associations ont participé à la formation et à l’insertion socio professionnelle de 220 enfants et jeunes concernés par la mobilité dans la ville de Tombouctou.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s